ArcelorMittal - La fin de Florange enterriné par ITELE - 11-04-2013 - dispositif de chauffe devrait être arrêté le 15 avril 13


La fin de Florange enterriné par ITELE

 

Malgré l'opposition des syndicats, le CCE d'ArcelorMittal a approuvé la fermeture des derniers hauts fourneaux lorrains. Le géant indien juge actuellement la production d'acier en Europe en surcapacité. A partir de lundi, le dispositif de chauffe devrait être arrêté et "mis sous cocon" pour une durée de six ans.

 

 

 

Actu et Politique

 

11-04-2013

 

 

 

Posté par colette dumont à 16:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

ArcelorMittal: l'humoriste Guy Bedos s'invite à Florange (Moselle)


ArcelorMittal: l'humoriste Guy Bedos s'invite à... par afp

 

L'humoriste Guy Bedos a encouragé lundi à Florange (Moselle) les métallurgistes d'ArcelorMittal à la "fermeté douce" pour obtenir le redémarrage des hauts-fourneaux de leur aciérie. Durée: 00:41.

 

 

 

Posté par colette dumont à 23:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

ARCELORMITTAL de Florange - 6 Décembre 2012- l'huma et le monde + lien ULCOS - wikipedia

http://www.humanite.fr/social-eco/florange-le-retrait-de-mittal-du-projet-ulcos-relance-la-nationalisation-510410

le 6 Décembre 2012

Florange: la nationalisation relancée par le retrait de Mittal d'Ulcos

Mots clés : pcf, pierre laurent, arcelormittal, front de gauche, parti de gauche, jean-luc mélenchon, florange, lakshmi mittal, mittal, marie-noëlle lieneman, accord mittal,

La sénatrice PS Marie-Noëlle Lienemann et Jean-Luc Mélenchon ont demandé ce jeudi au gouvernement d'engager la nationalisation du site d'ArcelorMittal de Florange après l'annonce du retrait du dossier initial du projet Ulcos par le groupe sidérurgique pour des raisons techniques.

"Je considère, avec mes amis de l'aile gauche du PS, qu'avec l'annonce du report aux calendes grecques du projet Ulcos, ce qui a été présenté par Mittal pour l'avenir de Florange n'est pas confirmé. Il faut que l'Etat reprenne l'affaire en main, engage la nationalisation temporaire et contacte les repreneurs intéressés", a estimé à l'AFP l'ancienne ministre de Pierre Bérégovoy et de Lionel Jospin qui devait intervenir au Sénat sur le sujet dans l'après-midi, tout comme Pierre Laurent, lui aussi favorable à la nationalisation pour le PCF.

1 milliard pour sauver la sidérurgie

En ce qui concerne le coût de l'opération, "qui serait d'un milliard d'euros, d'où vient ce chiffre?", s'est demandé Mme Lienemann. "S'il s'agit d'un milliard pour sauver la sidérurgie en Lorraine et en France, ça se trouve", a-t-elle ajouté. "A titre d'exemple, les bénéfices faits cette année par les autoroutes concédées par l'Etat totalisent près de 2 milliards d'euros, soit deux fois ce qu'il faut pour sauver Florange pendant plusieurs années".

Le co-président du Parti de gauche (PG), a lui aussi demandé au gouvernement de revenir "immédiatement au réel et (de) nationaliser le site de Florange". "Les provocations de Mittal doivent être sanctionnées. L'avenir du site doit être assuré. C'est la crédibilité de la France qui est en jeu", fait valoir Jean-Luc Mélenchon, qui dénonce une "nouvelle trahison" de Lakshmi Mittal.

Prévisible trahison

La Commission européenne a annoncé qu'ArcelorMittal avait retiré une première version du projet Ulcos, sur lequel le gouvernement fonde ses espoirs de salut du site sidérurgique de Florange (Moselle). Cette trahison était prévisible", explique-t-il dans un communiqué. "Le soi-disant accord de Jean-Marc Ayrault aura tenu à peine cinq jours! En faisant confiance à (Lakshmi) Mittal, le Premier ministre a-t-il menti? A-t-il agi de propos délibéré? A-t-il été trompé? Dans tous les cas on voit qu'il n'est pas de taille."

Prototype de haut fourneau innovant, Ulcos est censé faire du site mosellan une vitrine de nouvelles technologies de production de l'acier beaucoup moins polluantes. Il constitue la clef de voûte de l'accord passé entre le gouvernement de Jean-Marc Ayrault et Lakshmi Mittal, patron d'ArcelorMittal, pour sauver le site sidérurgique de Florange.

Mittal affirme ne pas vouloir abandonner Ulcos. C'est du moins ce que laisse entendre le groupe sidérurgiste. Dans un communiqué, il explique que le retrait de son appel d'offre "à cause de difficultés techniques" annoncé par la Commission européenne de jeudi matin est en parfaite cohérence avec ce qui figure dans l'accord signé avec le gouvernement français. Cela ne signifie en aucun cas l'abandon du projet Ulcos."

  • A lire aussi:

Florange, l'heure de vérité du gouvernement

Florange: "Ayrault ne nous a pas entendus", fustigent les syndicats

 

La Parisienne Libérée: «Le Pacte de Florange»

Soumis le 6 décembre, 2012 - 17:20 par Anonyme (non vérifié).

http://www.dailymotion.com/video/xvnipy_le-pacte-de-florange-la-parisien...


Florange : Edouard Martin déclare la guerre à Jean-Marc Ayrault

Le Monde.fr | 06.12.2012 à 18h35 • Mis à jour le 06.12.2012 à 20h19



http://www.lemonde.fr/emploi/article/2012/12/06/florange-edouard-martin-declare-la-guerre-a-jean-marc-ayrault_1801404_1698637.html

Il avait le visage fermé. On le sentait épuisé et fou de rage. Edouard Martin, le leader CFDT d'ArcelorMittal, charismatique figure de proue des métallurgistes lorrains, a littéralement déclaré la guerre à Jean-Marc Ayrault, jeudi 6 décembre, en milieu d'après-midi, à son retour à Florange. "On est tous écoeurés. On est à bout. On n'en peut plus. On nous enfonce la tête sous l'eau ", a –t-il lâché d'entrée de jeu, entouré de ses lieutenants, devant le local syndical de l'usine.

Malgré le froid glacial, on sentait Edouard Martin s'échauffer au fil des minutes, devant la presse qui buvait ses paroles. Que pense-t-il du retrait de la candidature d'ArcellorMittal du projet européen Ulcos ? "C'est un deuxième coup de poignard. La trahison continue, répond-il, la voix dure. On avait cru atteindre le comble du cynisme avec Sarkozy. Eh bien, on n'avait pas encore atteint le paroxysme ! On a deux ennemis maintenant : Mittal et le gouvernement !" Soudain, la voix d'Edouard Martin se casse. Il reprend, en ravalant des sanglots : "On a joué le jeu. On a voulu montrer à Paris qu'on pouvait être des partenaires. Ayrault, hier soir, n'était donc pas au courant de la trahison de Mittal ?", s'interroge-t- il, à nouveau saisi par la fureur. Puis il interpelle directement François Hollande : " j'en appelle au président de la République et je lui dis : est-ce que vous êtes tranquille avec votre conscience ?"

"IMBÉCILE OU COMPLICE"

Mais c'est le Premier ministre qui a eu droit aux coups les plus rudes d'Edouard Martin. "Il n'y a qu'Ayrault et les imbéciles pour croire [Mittal]. Soit Ayrault est un imbécile soit il est complice", a-t-il asséné, affirmant "regretter" d'être allé la veille à Matignon.

Quelques minutes plus tard, le syndicaliste tournait les talons et prenait le chemin des hauts-fourneaux, promettant des actions qui "surprise". Lesquelles ? Edouard Martin n'a pas voulu le dire. Une heure plus tard, il regagnait le local syndical, renonçant dans l'immédiat à occuper les usines d'ArcelorMittal mais ayant laissé sur place des vigies. Leur mission : surveiller l'éventuel arrêt des vannes de gaz, qui permettent de garder au chaud les hauts-fourneaux.

Une chose est sûre : la figure de proue des métallurgistes lorrains continuera d'utiliser les médias pour poursuivre son combat.


 

http://fr.wikipedia.org/wiki/ULCOS

ULCOS (acronyme de Ultra-Low Carbon dioxide (CO2) Steelmaking, ce qui signifie « processus sidérurgique à très basses émissions de CO2 ») est un projet de la recherche européenne du domaine de la production d'acier permettant le captage pour stocker une partie du dioxyde de carbone produit.

 



Posté par colette dumont à 23:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

JEAN LUC MELENCHON - Florange : nouvelle trahison de Mittal + info : lien ULCOS

 
déc 12 06
JEAN LUC MELENCHON  - Communiqué du 6 décembre 2012

Florange : nouvelle trahison de Mittal

Mittal abandonne de fait le projet ULCOS à Florange. C'est la Commission européenne qui l'annonce.

Cette trahison était prévisible. Le soi-disant accord de Jean-Marc Ayrault aura tenu à peine 5 jours ! Les ministres Batho et Filipetti qui avaient exprimé leur méfiance face à Mittal avaient raison. En faisant confiance à Mittal, le premier ministre a-t-il menti ? A-t-il agi de propos délibéré ? A-t-il été trompé ? Dans tous les cas on voit qu'il n'est pas de taille.

Comme sur le dossier EADS, le gouvernement humilie la France devant les financiers.

Le gouvernement doit immédiatement revenir au réel et nationaliser le site de Florange.

Les provocations de Mittal doivent être sanctionnées. L'avenir du site doit être assuré. C'est la crédibilité de la France qui est en jeu.


INFOS :

http://www.ulcos.org/fr/about_ulcos/home.php

ULCOS est l’abréviation d’Ultra-Low Carbon dioxide (CO2) Steelmaking, ce qui signifie « Processus sidérurgiques à très basses émissions de CO2 ». Il s’agit d’un consortium de 48 entreprises et organisations issues de 15 pays européens, réunies au sein d’une initiative de coopération en R&D afin de réduire de manière drastique les émissions de dioxyde de carbone liées à la production d’acier. Ce consortium regroupe toutes les principales entreprises sidérurgiques de l’Union européenne, ainsi que des partenaires du secteur de l’énergie et de l’ingénierie, des instituts de recherche et des universités. Il est soutenu par la Commission européenne. L’objectif du programme ULCOS est de réduire les émissions de CO2 d’au moins 50 % par rapport aux méthodes de production actuelles les plus performantes.




Posté par colette dumont à 18:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Florange: deux "poids lourds" de la sidérurgie étaient prêts à reprendre - actu orange

http://actu.orange.fr/une/florange-deux-poids-lourds-de-la-siderurgie-etaient-prets-a-reprendre-afp_1227938.html

 Suite lien ci-dessus :

05/12/2012 à 00:22

Florange: deux "poids lourds" de la sidérurgie étaient prêts à reprendre

Deux "poids lourds" de sidérugie mondiale, le belge CMI et le russe Severstal, étaient associés pour reprendre le site ArcelorMittal de Florange, affirme le quotidien régional Le Républicain Lorrain dans son édition de mercredi.

 

Accord à Florange : les syndicats en colère


Philippe Tarillon : "quel crédit accordé à... par ITELE

Accord à Florange : les syndicats en colère

Pas de plan social, pas de nationalisation, mais un investissement de 180 millions d'euros... l'accord signé vendredi ne rassure pas en Lorraine. La CFDT exige une réunion tripartite à Matignon. Les syndicats ont en effet l'impression de s'être fait avoir par Mittal et par le gouvernement.

 

 

Posté par colette dumont à 13:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :